lundi 5 septembre 2016

Envies de grossesse mais bébé ne s'annonce pas...

Seules nous les femmes savons ce que nous ressentons au creux de notre ventre quand cela nous arrive.

Tout commence par le projet d’avoir un enfant, de construire une famille.

Alors on décide d’arrêter tout moyen de contraception et on attend parfois un peu avant d’essayer, c’est mieux pour la remise en route des cycles et peut-être aussi pour le futur bébé.

Après cette période d’attente, voilà les premiers jours de règles qui vont déterminer le commencement du projet  et comme cela fait quelques cycles que nous observons son déroulement, on débute le compte à rebours, dans x  jours arrive l’ovulation, on met tout en œuvre avec le futur papa pour que se produise le miracle de la conception du futur bébé déjà fort attendu.
Ensuite continue le comptage des jours  qui nous séparent du début du prochain cycle et pendant ce temps on s’imagine déjà enceinte, on ressent déjà quelques symptômes peut-être,  ce qui nous réconforte  sur notre futur état de femme enceinte, on craque devant les rayons de layettes, on rêve…



Mais voilà qu’en l’espace de quelques instants notre rêve s’écroule quand nos règles réapparaissent.
Si c’est le premier cycle qui suit notre décision de faire un bébé on se résigne  « ce n’est pas grave » se dit-on,  ça ne peut pas marcher du premier coup. On enfouit quelque part notre déception et on reprend espoir en recommençant  le décomptage du cycle.

Pour certaines chanceuses, ce ne sera qu’histoire de quelques cycles mais pour d’autres le chemin sera parfois long, très long, trop long.

Et de cycle en cycle, malgré le désir très fort, la grossesse n’arrive pas… Et à chaque apparition des menstruations on s’effondre toujours un peu plus, on ressent ce vide au creux de notre ventre, on ne comprend pas pourquoi c’est à nous que cela arrive…

La frustration est aussi grande  si nous avons déjà des enfants et que notre corps refuse ce nouveau désir de grossesse… Là aussi on se dit que ce n’est pas juste et on se demande  « qu’est-ce qui fait que ça ne marche plus ? »

L’entourage familial a du mal à cerner ce que nous vivons, et ne comprend pas qu’on puisse éprouver tant de tristesse et de désespoir face à ce désir de grossesse qui n’arrive pas. Et surtout quand on a déjà un ou plusieurs enfants, qui n’a pas déjà entendu cette phrase : « Mais tu as déjà un enfant il est en bonne santé et est magnifique alors sois heureuse » ?

« Bien sur, de quoi je me plains finalement, je me le demande d’ailleurs »

Et on se dit que si on avait su, on n’aurait pas attendu ces quelques mois avant de s’y mettre.
Arrivent  alors toutes sortes de remises en questions, de culpabilité, de colère, de jalousie face à ces gros ventres qui nous rappellent que chez nous ça ne marche pas.

Alors que faire ?

Tout d’abord consulter votre gynécologue qui vous fera  un check-up  afin d’éliminer toute cause médicale. Le papa aussi devra consulter afin d’éliminer toute raison médicale chez lui.
Il vous rassurera peut-être en vous disant qu’on ne parle pas de « stérilité » avant deux ans d’essais infructueux.

Après le diagnostic posé par le médecin celui-ci vous proposera un traitement adapté  à vos besoins.
Viennent ensuite les différents traitements pour vous aider… du traitement hormonal simple jusqu’à l’insémination artificielle.

On vous dira aussi peut-être de lâcher prise, d’arrêter d’y penser, de ne pas vous obstiner…

Très bons conseils… mais facile à dire quand on n’est pas concerné par ce vide qui nous habite.

Il est vrai que nous sommes nombreuses, celles qui, après avoir quelque part accepté que bébé ne vienne pas, laissent aller les choses et voient finalement la grossesse s’annoncer comme par miracle.
Personne ne peut expliquer ce phénomène de manière rationnelle si ce n’est par le fait qu’on a baissé la pression, on a lâché prise et on a fait de la place à ce bébé dans notre vie ou notre tête.

Les traitements hormonaux

Ce sont des traitements administrés uniquement sous prescription et surveillance médicales.
Ils consistent à prendre des médicaments qui vont stimuler la production hormonale de votre organisme et ainsi favoriser la production d’ovules.

Les techniques de procréation assistée

Toujours sous surveillance médicale, on va vous donner une assistance (un coup de pouce) pour amener ou faciliter la rencontre de l’ovule et du spermatozoïde car le chemin que chacune des cellules doit parcourir jusqu’à leur union est parfois semé d’obstacles physiques (comme des malformations des trompes utérines, de l’utérus) ou physiologiques (si le sperme est trop pauvre en spermatozoïdes)

La fécondation in vitro consiste à déposer le liquide séminal (sperme) au creux de l’utérus et de laisser la nature agir toute seule.

L’insémination artificielle
Elle est pratiquée lorsque la difficulté vient du futur papa en cas d’impuissance, de sperme pauvre en spermatozoïdes, ou de spermatozoïdes trop paresseux pour arriver à remonter dans les trompes utérines et rejoindre l’ovule.
L’insémination artificielle consiste à introduire dans la cavité de l’utérus de la future maman le sperme du futur papa. Ce sperme aura été traité afin d’y concentrer les spermatozoïdes et d’amener ceux-ci jusqu’à leur maturité fécondante avant de les inséminer.

La fivete : Fécondation in vitro et transfert d’embryon
La fécondation est réalisée en dehors de l’organisme féminin.
Elle consiste à :
-prélever des ovocytes chez la maman après stimulation ovarienne par un traitement hormonal. Les ovocytes sont recueillis par ponction.

-prélever le sperme du papa qui va également subir comme dans la technique précédente un traitement pour les amener à leur maturité fécondante avant de les mettre ensemble dans une éprouvette contenant un milieu adéquat.
L’éprouvette est alors placée dans une étuve à 37° pendant 48h. Pendant ce temps la fécondation a lieu, les premières divisions aussi.
C’est lorsque l’embryon à 4 à 8 cellules qu’il est transféré chez la future maman à l’aide un très fin tube (cathéter) qui le déposera dans la cavité utérine. L’embryon s’y implantera si tout se déroule bien.
Pour augmenter les chances de voir une grossesse se développer on implante parfois 3 à 4 embryons.

Souvent un traitement donne plusieurs embryons et pour éviter de gaspiller les embryons supplémentaires on vous proposera, si ceux-ci sont de bonnes qualités, de les congeler.
Ainsi, en cas d’échec de la première tentative, vous ne devrez pas recommencer tout le traitement de stimulation.

L’ICSI ou intracytoplasmique spermatozoïde injection

Cette technique remplace de plus en plus la précédente.Comme pour la fivete, on prélève les ovocytes de la maman après un traitement hormonal, mais la différence avec la technique précédente est que, cette fois-ci, on choisit les spermatozoïdes les plus vaillants et on injecte un spermatozoïde directement au centre de l’ovocyte.
Ensuite, on attend quelques jours afin de voir quels sont les embryons qui se développent bien ceci en éprouvette et on réimplante les « bons » embryons au creux de l’utérus de la maman.

IMSI    intracytoplasmic morphologically selected sperm injection

Même technique que pour l’ICSI mais cette fois ci, les spermatozoïdes ont subit une sélection morphologique (ce qui permet de prendre les plus normaux) Cette sélection permet d’augmenter, dans certaines situations, les taux de grossesse évolutive et d’implantation.

DPI diagnostic préimplantatoire

Cette technique permet de sélectionner les embryons obtenus par fécondation in vitro.
On l'utilise pour les couples ayant une anomalie génétique identifiée chez l'un des deux conjoints ou chez un de leurs enfants déjà nés (comme par exemple la myopathie, la mucovisidose ou une anomalie liée au nombre de chromosomes...)

Cette technique est aussi utilisée pour la sélection d'un embryon (bébé médicament) dont le sang du cordon ombilical pourra peut-être guérir leur frère ou soeur, par transfusion, et dont la moelle osseuse pourra, plus tard, être greffée.

Les inséminations avec donneur (toujours anonyme)

Le don de sperme est utilisé en cas de stérilité du papa.

Le don de sperme et d'ovocytes par une tierce personne est réservé aux couples stériles ou à ceux qui présenteraient des risques de transmission d'une maladie grave. Ce don est aussi toujours anonyme.


Hypnose et fertilité.  Je peux vous accompagner tout au long de votre parcours PMA.

Il existe bon nombre de livres qui parlent du sujet et que vous pouvez trouver en librairie
En voici déjà quelques uns :

Le guide de la fécondation in vitro de Christophe Butruille et Miguel Jean

Désir d’enfant René Frydman et Christine Schite

Livre de bord de la future maman de Marie-Claude Delahaye (Marabout)

La brochure de l'hôpital Saint-Luc est bien faite et facile à lire.

Voici l’adresse internet de certains centres de procréation assistée de Bruxelles
Hôpital Saint-Pierre
Clinique Edith Cavell
ULB Hôpital Erasme
UZ Brussel
Hôpital Universitaire Saint-Luc

Un site également où vous pourrez trouver des informations pratique sur le sujet et qui vous explique bien toutes les étapes du traitement.
Je veux 1 bébé

Si vous avez envie de partager vos expériences, vos doutes, poser vos questions, rejoignez-nous sur le groupe de soutien celui-ci étant totalement confidentiel pour le rejoindre Envoyez-moi un mail.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire