samedi 9 juin 2012

Allaiter ou pas ?

A un moment donné de la grossesse ou même peut-être avant déjà, vous vous poserez la question parce qu’il faut bien choisir comment vous allez nourrir votre nouveau-né.

Pour certaines d’entre vous c’est une évidence sans équivoque
« j’allaite c’est sûr… »

Mais ma pensée va surtout vers celles qui ne savent pas ou n'ont pas envie mais hésitent parce qu’elles ont entendu ou lu qu’il n’y a rien de meilleur pour bébé. Ce qui est vrai !

Ce choix vous appartient à vous seule.

Il n’y a que vous qui ressentiez au plus profond de vous-même ce que provoque l’idée d’allaiter. Bien sûr il y a une série d’avantages pour votre bébé et vous, si vous optez pour l’allaitement maternel.
Les études l’ont prouvé, on y reviendra après, mais il me semble important aussi de dédramatiser le fait de nourrir son bébé au biberon.

L’acte de donner à manger  à son enfant est un geste magnifique puisque nos bébés ont besoin de nous pour satisfaire ce besoin vital, alors si pour quelque raison que ce soit vous décidez de donner le biberon, ceci vous appartient et faites-le en toute sérénité, votre enfant n’est pas en danger. Et vous ne serez pas une mauvaise mère pour autant.

Il vaut mieux donner un biberon avec amour que le sein avec dégout.

Le docteur Marie Thirion auteur du livre très intéressant
«L’allaitement de la naissance au sevrage» paru chez Albin Michel
cite trois conditions importantes pour pouvoir vivre sereinement son allaitement.

D’abord aimer ses seins et les accepter comme ils sont pendant la grossesse avec leur changement de volume et d’aspect.
Etre une femme bien sans sa peau, à l’aise avec son corps, n’ayant pas de problème avec sa nudité saura plus facilement offrir le sein à son bébé en toutes circonstances.
Il est donc important de savoir ce que l’on veut vivre dans son corps pour pouvoir faire le bon choix.
Un autre point très important pour la réussite de l’allaitement : il faut que le papa l'accepte totalement et désire lui aussi réussir l’alimentation de son enfant. La maman vivra mieux son allaitement si elle est reconnue, aimée, admirée et valorisée par son compagnon. Le papa ne doit pas être jaloux du nouveau-né qui ne lui vole rien au contraire…

Il est des questions à vous posez pour vous guider dans votre choix
« Dr Marie Thirion »

• Ai-je envie de vivre cela ?

Important de répondre à cette question parce qu’allaiter demande tout de même une grande présence si ce n’est une présence permanente auprès de son bébé. Il est difficile de confier son nouveau-né à une tierce personne et de lui confier nos seins également. Rassurez-vous, vous pourrez toujours vous échapper entre deux tétées et aller faire une petite course ou faire une promenade. C’est important que vous sachiez que votre bébé aura besoin uniquement de vous pour se nourrir et surtout pendant les premières semaines le temps qu’il trouve son rythme. Êtes-vous prête à vivre et être disponible à 100% pour votre petit ?

• Mon corps a-t-il envie de seins pleins de lait, d’un bébé qui suce, qui tête ?

Parfois l’idée d’avoir son nouveau-né accroché au sein la plupart du temps est quelque chose de difficile à accepter, l’idée d’être sucée par son enfant donne l’impression d’être dévorée toute entière aussi.
Il est possible qu’on se sente réduite parfois au simple rôle de garde-manger.

• Ai-je envie de son odeur contre moi, de sa peau contre la mienne ?

Cette question est aussi importante parce que pour certaines d’entre nous le contact physique est difficile à accepter ou même déclenche un certain dégoût parce que la maman ne peut pas accepter son corps transformé par la grossesse d’abord, mais peut-être aussi elle peut être gênée par le volume souvent impressionnant des seins surtout au début de l’allaitement. Si la perspective de mettre votre bébé au sein vous dégoûte réfléchissez bien et faites votre choix en vous sentant tout à fait libre. Car comme je l’ai dit plus haut « il vaut mieux donner un biberon avec plaisir et amour que le sein avec dégoût ». Au contraire, votre bébé sera plus serein et vous aussi.

• Serai-je fière de mes seins gonflés, du lait qui coule en abondance, de mon nouveau corps de mère ?

L’idée d’une grosse poitrine ne vous plaît pas du tout, vous gêne, vous complexe. Il est vrai qu’au début de l’allaitement le volume des seins est important surtout au moment de la montée de lait. Un moment pas toujours agréable justement à cause du volume que peut prendre les seins pendant les quelques jours qui suivent la montée laiteuse. Mais cet inconfort ne dure souvent que quelques jours et ensuite les seins se gonfleront uniquement lorsque votre enfant va commencer à avoir faim. Pour vous ça deviendra comme un signal que personne d'autre ne pourra capter que bébé va bientôt manger.
Il en va de même pour le lait qui coule en abondance. Si l’idée d’être tout le temps pleine de lait, ou qu’à tout moment vous pouvez vous retrouver trempée par le débordement de lait intempestif je voudrais juste vous dire que tous ces petits désagréments sont présents les toutes premières semaines et qu’une fois que votre bébé a trouvé son rythme de croisière, ceux-ci disparaissent et  allaiter devient vraiment très confortable et plaisant.

 Pourrai-je allaiter en public ?

Cette question là est je pense importante parce que vous ne pouvez pas vivre de façon recluse pendant tout le temps de l’allaitement. Vous allez sortir, voir des amis, la famille…et bébé réclamera à tout moment à manger. Vous pouvez toujours vous isoler d’une façon ou d'une autre mais ce n’est pas toujours facile à réaliser. Et être dans un endroit public avec un enfant qui hurle de faim et vous qui ne voulez absolument pas répondre à sa demande à cause des personnes qui vous entourent, ce n’est quand même pas génial pour vous deux.
Permettez-moi de vous dire qu’on s’y fait aussi et que même si les première fois on ne se sent vraiment pas à l’aise par rapport à l’entourage on trouve très vite des parades pour allaiter discrètement en exposant pas forcément notre sein à tout venant.

Voilà des pistes de réflexions pour vous aider à choisir ou à trancher entre l’une ou l’autre des solutions.
Il est important que vous seule preniez votre décision, elle vous appartient, ne laissez pas votre mère, belle-mère ou toute copine bien intentionnée vous influencer ou prendre la décision à votre place.
Sinon vous risquez de regretter votre choix et abandonner l'allaitement avec en prime la culpabilité de ne pas avoir réussi.
Vous seule pouvez choisir ce que vous avez envie de faire.
Il se peut qu'à moitié convaincue vous ayez envie d'essayer pour voir ce que ça donne, surtout faites-le. Peut-être que vous trouverez l'allaitement finalement vraiment facile, agréable et vous direz "heureusement que j’ai essayé…"
Mais il se peut qu’effectivement vous vous soyez lancée dans l’aventure et que très vite votre premier sentiment soit renforcé et que vous regrettiez ce choix. N’ayez aucun regret si la mise au sein est trop fastidieuse ou que ça vous dit rien du tout. Vous aurez tout de même essayé. Surtout ne culpabilisez pas...Votre bébé aura déjà eu un peu de votre lait et c'est très bien.

La tétée d'accueil qu'est-ce que c'est?

C'est une tétée unique en salle d'accouchement directement après la naissance que l'on propose aux mamans qui ne désirent pas allaiter.
Cette tétée précoce et unique est une façon de souhaiter bienvenue au bébé et de créer très vite la relation entre la maman et son bébé. De plus le nouveau-né reçoit à ce moment là déjà quelques gouttes du colostrum dont les composants sont précieux pour l'enfant.
Cette tétée d'accueil ne changera en rien votre décision de ne pas allaiter, le personnel soignant respectera votre choix qui vous appartient. Mais si après cette tétée d'accueil vous avez envie de changer d'avis et de passer à l'allaitement il sera toujours temps de le faire.

Des livres à lire
  • L’allaitement maternel de Marie Thirion chez Albin Michel
  • L'allaitement de la naissance au sevrage de Marie Thirion chez Albin Michel
  • 100 réflexes allaitement de Mélanie Schmidt-Ulmann chez Leduc editions
  • Il y en a bien d'autres...
Les associations pour vous aider
Pour en discuter, rejoignez-nous sur le Le groupe Rêves de naissance oui mais après... où vous pourrez poster votre message

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire