lundi 22 avril 2013

Pourquoi tu pleures, bébé?

Un bébé pleure, mais pourquoi… ?

Photographe Sabrina Dhondt
www.photosensible.be/


Tout simplement parce que c’est la seule façon qu’il a trouvé pour communiquer, pour vous transmettre un message, vous avertir qu’il y a quelque chose qui ne va pas, que quelque chose le gêne, ou parce qu’il a envie que vous vous occupiez de lui.
Ce sont souvent de petites choses sans gravité, mais il a besoin de vous pour y remédier.

Vous apprendrez très vite à décoder ses pleurs.
Faites-vous confiance et faites-lui confiance aussi.

.


Voici quelques pistes qui peuvent vous aider à comprendre les principales raisons de ses pleurs :

1/  La faim

Le plus souvent c’est elle qui est responsable des pleurs de votre bébé.
Au début, durant les premiers mois, votre enfant va boire en moyenne toutes les trois heures et parfois un peu plus surtout si vous l’allaitez, votre lait étant très digeste.
Il n’est pas utile de laisser un bébé hurler de faim sous prétexte que c’est trop tôt par rapport à l’horaire que vous vous êtes fixé. Car plus votre enfant s'impatientera en pleurant plus il sera furieux, énervé et moins bien il prendra le sein, soit parce qu’il est fou de rage et ne se rend pas comte que vous lui présentez le sein, ou parce qu’il est fatigué d’avoir tellement pleuré et n’a plus la force de boire... ce qui fait qu’il va téter quelques fois et s’endormir avant même d’avoir pris toute la ration dont il a besoin. Et il se réveillera très vite en réclamant à nouveau à boire. Et pensant bien faire, vous vous dites c’est trop tôt, vous le faites à nouveau patienter, et vous voilà tous deux partis dans un cercle infernal de non compréhension réciproque.
Je vous conseille de lui donner à boire dès les premiers signes de faim, signes que vous saurez très vite reconnaître.

Tous les bébés sont différents. Ne comparez pas l’expérience de votre voisine ou de vos copines avec la vôtre. Faites-vous confiance.

Les petits signes du bébé pour vous montrer qu’ il a faim
  • Il commence à mettre ses doigts ou ses poings en bouche.
  • Il tire la langue
  • Il fait des mouvements de succion avec ses lèvres
  • S’il dort, il ouvre les yeux.
  • Il baille
  • Il tourne la tête vers vos seins s’il est dans vos bras.
Si toutefois votre bébé est très nerveux et refuse de prendre le sein, vous pouvez faire couler quelques gouttes de lait sur le mamelon et parfois rien que l’odeur ou le goût du lait sur ses lèvres suffisent à le calmer et à le faire prendre le sein.
Le fait de téter rassurera votre petit car bien blotti dans vos bras il retrouvera le contact avec votre peau, votre odeur et votre voix.
Mais attention, veillez toutefois à ne pas vous sentir débordée par le rythme de vos tétées, car si votre enfant a bu trop de lait, il peut également être gêné par son estomac et, dans ces cas là, pleurer de mal-être. En principe, vous serez plus souvent confrontée à ce problème avec le lait artificiel puisqu’il est plus long à être digéré.

Conseils pour avoir une bonne production de lait :
  • Boire à votre soif.
  • Vous reposer est aussi important pour tenir le coup. Obligez-vous à faire des petites siestes en même temps que votre bébé.
  • Donnez souvent le sein puisque plus il tétera plus vous fabriquerez du lait.
  • Donnez les deux seins à chaque tétée.

2/ Un excès de fatigue

Il est fatigué, mais trop fatigué pour être suffisamment détendu pour se laisser aller. Vous le voyez fermer ses yeux mais très vite il les ouvre et pleure en se tortillant, en bougeant les bras et/ou les jambes... manifestement il ne trouve pas sa place là où vous l’avez mis, que ce soit dans son lit, dans le maxi cosy ou dans vos bras. Il cherche à s’endormir mais il n’y arrive pas.

Que faire ?
  • Le rassurer. Si vous avez envie de le laisser dans son lit, mettez-vous à côté de lui une main sur son ventre et doucement faites de petits bercements tout en lui disant que tout va bien. Que vous voyez bien qu’il est fatigué et qu’il peut dormir tranquille, que vous êtes là pour veiller sur lui.
  • Ou alors, prenez-le dans vos bras, les bébés aiment se sentir enveloppés et maintenus.
  • Vous pouvez aussi l’envelopper dans une petite couverture ou un châle et vous balader dans la maison. Le fait de vous promener avec lui le berce et lui rappelle les mouvements qu’il ressentait dans votre ventre. Attention, adaptez le châle à la température extérieure. S’il fait caniculaire, contentez-vous de prendre un drap léger en coton. Vous pouvez aussi lui donner le sein si vous avez choisi ce mode d’alimentation. Une fois votre bébé endormi, laissez-le enveloppé et posez le dans son lit ou berceau. Surtout n’enlevez pas le châle qui l’enveloppe car vous allez le réveiller rien que par le changement de température entre le cocon qu’il avait autour de lui et celle des draps de lit qui sont toujours plus frais (voir froids à glacés en hiver)... ce qui risque de le réveiller et il se remettrait à pleurer.

3/ Le stress, la surexcitation ou les angoisses

Comme dans le cas de l’excès de fatigue, vous voyez votre bébé pleurer mais avec un pleur plus franc et continu.
Que faire ?
  • Les mêmes gestes que précédemment c’est certain.
  • Mais aussi, si c’est possible, mettez-vous à l’écart dans un endroit tranquille et calme, loin des cris, des conversations ou de l’agitation de la maison.
  • Portez votre bébé dans une écharpe de portage.

4/ Les maux de ventre

Ce point là fait beaucoup parler de lui.
Certains vous diront ce sont des coliques, d’autres diront que ça n’existe pas.
Que veut dire colique : violente douleur abdominale (cf le petit Larousse).
On dit souvent qu’un bébé a des coliques quand il pleure beaucoup pour une raison inconnue. Bébé pleure beaucoup, souvent vers la tombée de la nuit et sans pouvoir être consolé.
Les causes des pleurs sont diverses et chacun y va un peu de son interprétation.

Que faire ?
  • Restez calme (c’est facile à dire...) et occupez-vous de votre enfant avec beaucoup de douceur.
  • Une bonne chose à faire est de lui proposer une tétée si vous l’allaitez car un bébé au sein se calme en principe en tétant longtemps. On conseille alors dans ce cas de ne donner qu’un seul sein pendant une certaine période afin qu’il tète un sein vide et au bout de deux/trois heures passez à l’autre sein que vous présenterez aussi pendant deux/trois heures, et ainsi de suite. Cette façon de procéder permettra de faire téter le sein sans surcharger l’estomac de votre bébé.
  • Cajolez votre bébé, bercez-le, rassurez-le. Si vous vous sentez excédée, que vous ne savez plus quoi faire, osez passer la main à quelqu’un d’autre, que ce soit son papa, sa grand-mère ou son grand-père. Si vous avez des enfants beaucoup plus grands et qu’ils sont en âge de s’occuper d’un tout petit, c’est parfois une bonne chose de leur demander un petit coup de main. Et pendant ce temps essayez de vous détendre, de prendre une douche, faire tout autre chose et même ne restez pas dans la même pièce.
  • Assurez-vous qu’il ne reçoit que votre lait. Car les mélanges dans son estomac n'arrangeront rien que ce soit du lait artificiel, de l'eau ou du jus de fruit trop irritant parfois.
  • Massez son ventre en faisant de légers petits ronds dans le sens des aiguilles d’une montre.
  • Promenez-vous avec votre bébé posé à califourchon sur votre avant-bras, sa tête vers votre épaule. Cette position lui fera beaucoup de bien.

  • Vous pouvez aussi le mettre debout le ventre appuyé sur votre épaule.
  • Si vous le pouvez, donnez-lui un bain s’il aime ça. En général, le bain a un effet relaxant. Ici juste un conseil : donnez lui un sein avant de le mettre au bain comme ça il sera déjà plus calme et profitera mieux de son bain et, une fois le bain terminé, donnez lui le deuxième sein qu’il prendra alors plus calmement et pourra alors dormir une plus longue période.
  • Vous pouvez aussi boire des tisanes de camomille, tilleul ou de fenouil qui passeront dans votre lait et bébé profitera par ce biais de leurs bienfaits.
  • Evitez, dans le même ordre d’idée, de consommer des grandes quantités de tout excitant, d’aliments irritants ou susceptibles de provoquer des désordres intestinaux (jus d’orange, de tomate, raisin...).
  • Il se peut aussi que les maux de ventre de votre bébé soient dus au lait ou aux produits laitiers que vous mangez et qui passent dans votre lait. Ce risque est d’autant plus important s’il existe des allergies dans la famille. Dans ce cas-ci il serait peut-être judicieux de supprimer les protéines de lait de vache de votre  alimentation pendant un certain temps.

5/ Une gène

Dans ce chapitre on peut mettre un peu de tout. N’oubliez pas que votre bébé ne sait pas vous communiquer ce qui ne va pas. Ses seuls outils au début de sa vie ce sont ses pleurs.
Quelques exemples de gênes que peut ressentir votre bébé : une étiquette qui gratte, un habit trop serré, une position qui ne lui convient pas, une envie de promener.
Faites le tour de votre bébé, changez sa couche, vérifiez s’il n’a pas trop chaud ou trop froid. N’y-a-t-il rien qui le gène. Faites attention à vos cheveux qui, s’ils sont longs, peuvent quand ils tombent s’enrouler autour de ses doigts ou orteils et arriver à blesser votre petit et lui faire mal.

7/ Il s’ennuie

Certains bébés aussi petits soient-ils s’embêtent et pleurent pour que vous lui donniez des occupations. On les surnomme des bébés aux besoins intenses.

8/ Il a mal à la tête

Comme vous le savez, la tête d’un nouveau né est très fragile de par la mobilité des plaques osseuses qui forment la boîte crânienne, nécessaire tout d’abord pour l’accouchement (permet le modelage de la tête de bébé pendant son passage dans les voies vaginales de sa maman) mais aussi pour permettre au crâne de grandir et faire de la place au cerveau qui va beaucoup se développer pendant sa première année de vie.
Pour ce faire, sur le sommet du crâne du nouveau-né, vous constaterez deux espaces membraneux que vous pourrez sentir au travers de sa peau. Ce sont les fontanelles (veillez toujours à protéger cet endroit ne laissez personne y enfoncer ses doigts… (Je pense au grand frère ou grande sœur mais soyez toujours vigilante même avec certains adultes parfois maladroits). Il y en a une grande sur le sommet du crâne qui sera fermée entre 1 an ½ à 2 ans, et une plus petite à l’arrière de la tête celle-ci se ferme plus tôt vers 2 à 3 mois. Cette deuxième est plus difficile à voir. Il se peut que chez certains bébés ce chevauchement des os persiste après la naissance, ce qui peut avoir comme conséquence des enfants qui pleurent énormément.

Que faire ?
  • Tout d’abord, manipulez votre bébé avec beaucoup de douceur.
  • Consulter votre pédiatre pour confirmer ce chevauchement des os du crâne. Votre pédiatre vous guidera alors vers la personne qui pourra soulager votre petit. Souvent une séance d’ostéopathie peut se montrer très efficace, de même qu’une séance de micro kiné.
Voilà quelques pistes qui vous permettront de déjà y voir un peu plus clair.
Toutefois si votre enfant continue à pleurer, n’hésitez surtout pas à consulter votre pédiatre qui pourra exclure une raison médicale et vous rassurer tout à fait.

Si vous voulez approfondir le sujet avec ces quelques livres :
  • Que faire quand bébé pleure de William Sears.
  • Bébé pleure, que faire ? d’Anne Bacus aux éditions Marabout.
  • Un livre qui paraîtra début novembre : Les bébés ont tant de choses à dire . de Hélène et Fréderic Laloux-Gérin chez Souffle d'or
    Pour en savoir plus sur la communication connectée.
Vous pouvez posez toutes vos questions à ce sujet dans Le groupe Rêves de naissance oui mais après...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire